Le projet « CITOYEN » lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt « crises sanitaires et environnementales » du RnMSH (Réseau national des MSH).

Sur les 29 projets reçus, seuls 6 ont eu la chance d’être retenus. Le projet CITOYEN pour «Citoyennetés politique, sociale, sanitaire et numérique au prisme de l’épidémie de Covid-19 « porté par Dominique ANDOLFATTO (laboratoire CREDESPO) et déposé par la MSH Dijon fait partie des lauréats.

Le responsable scientifique du projet CITOYEN : Dominique ANDOLFATTO est enseignant-chercheur en Science politique au sein du laboratoire CREDESPO de l’Université de Bourgogne.

Les partenaires du projet CITOYEN : le projet impliquera plusieurs partenaires dans une logique interdisciplinaire de recherche-action :

  • Université de Bourgogne : CREDESPO et CREDIMI (droit privé, droit public, science politique), CID (Chaire Smartcity et gouvernance de la donnée)
  • Université de Franche-Comté : CRJFC (science politique).
  • Université de Lorraine : APEMAC (santé publique, philosophie, droit de la santé), IRENEE (science politique, droit public, droit européen), IFG (histoire du droit).
  • Université de Reims : CERAPS (science politique).
  • Universités parisiennes : LADYSS (sociologie).
  • Universités étrangères : 
    – Université de Bologne/Italie (histoire).
    – School of Law/Université publique Hiroshima/Japon (économie, sociologie).
    – Université des études étrangères de Tokyo/Japon (science politique).
    – Institut français d’Etudes andines (IFEA)/Bogota/Colombie (science politique).
    – Nouvelle Université Bulgare/Sofia/Bulgarie (science politique).
    – Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales/Université Mohammed V/Rabat/Maroc (sociologie).

Le projet CITOYEN en résumé :

La crise sanitaire mondiale a conduit, à compter de mars 2020, à des décisions et à la mise en œuvre de mécanismes décisionnels inédits. Si, l’Etat de droit et la démocratie représentative n’ont pas été suspendus, des procédures et un droit d’exception ont été mis en place et les libertés publiques limitées. Certes ce contexte n’a pas interdit au débat public de se poursuivre, notamment dans les assemblées électives mais, pour la première fois, dans une société libérale en temps de paix, la pensée critique a pu paraître suspecte. Le lien citoyens-élites, déjà mis à mal lors d’autres crises, doit être interrogé. Ainsi, selon B. Cautrès et L. Rouban (2020), la crise sanitaire « se présente comme la poursuite de la crise démocratique sur un nouveau terrain. Elle (…) amplifie le déficit de confiance dans les institutions, notamment dans le personnel politique national ». Mais la crise a engendré aussi de nouvelles solidarités, réinventant, de façon plus ou moins problématique, la citoyenneté et les manières de « faire société ».
Le projet CITOYEN se propose d’éclairer et d’analyser ces différents aspects, grâce à une recherche collective associant plusieurs disciplines et plusieurs partenaires scientifiques en France et à l’étranger. Il examinera comment les citoyens ont réagi ou se sont adaptés à la crise et à ses conséquences pour la démocratie pluraliste.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search