12 & 13 mai 2011 – « La vulgarisation scientifique : quel(s) effet(s) pour le chercheur ? »

À l’occasion des 10 ans de l’Expérimentariumla Mission Culture Scientifique (MCS) et l’OCIM ont souhaité questionner l’expérience des chercheurs impliqués dans des actions de vulgarisation scientifique : ces actions les ont-elles aidés à façonner leur identité de chercheur au sein de la communauté scientifique ? quelles analyses font-ils de leur expérience pratique (participation à des manifestations publiques, des émissions radios et/ou des documentaires scientifiques) ? quels changements (sociaux, institutionnels…) ont-ils affectés leur implication dans ces actions de vulgarisation ? quels effets (réels ou supposés), les chercheurs escomptent-ils en retour de leur engagement, notamment en termes de carrière, de visibilité sociale ou plus prosaïquement de satisfaction personnelle ?

Ces journées d’études permettront notamment de confronter l’expérience des chercheurs ayant participé à des activités de vulgarisation scientifique, à l’initiative de la Mission Culture Scientifique (Expérimentarium, Nuit des chercheurs, le Microscope et la Blouse…) avec les résultats des enquêtes menées sur le même sujet en France et en Europe. C’est dire aussi que cette rencontre constitue une étape importante dans la réflexion qui devrait être conduite par les acteurs de la culture scientifique pour questionner, et le cas échéant remettre en cause, leurs principes d’action et leurs pratiques.

Pour en savoir plus : <cliquez ici>

Publication – « Vignoble et vins de Rioja. Rencontre entre l’ancien monde et le nouveau monde ? »

Vignoble et vins de Rioja. Rencontre entre l’ancien monde  et le nouveau monde ? de Joël Brémond, Professeur à l’Université de Nantes. Ouvrage publié aux Editions Universitaires  de Dijon avec le soutien de la Chaire UNESCO « Culture et Traditions du Vin » de l’Université de Bourgogne.

Le marché des vins fins en France est très largement un marché captif, l’abondance et la variété de l’offre nationale n’incitant guère en effet l’acheteur français à se tourner vers des productions étrangères.

L’auteur se propose cependant de présenter à un public français – dont la perception peut être parfois marquée par divers stéréotypes – les vignobles et les vins les plus réputés d’Espagne, ceux de Rioja. Le lecteur non spécialiste découvrira tout un monde, toute une culture, car c’en est bien une, non exempte d’exotisme malgré la proximité géographique. Le professionnel du vin, quant à lui, comprendra peut-être mieux la conquête de parts de marché par les puissantes sociétés vinicoles de Rioja sur certains marchés tiers, parfois aux dépens de vins français.

Cet ouvrage décrit d’abord le cadre historique, géographique et institutionnel du vignoble de Rioja. Puis il analyse son modèle économique et culturel spécifique. Enfin, il étudie les stratégies marketing et de communication en place localement. Quelques photographies, en particulier de certaines spectaculaires « bodegas », viennent illustrer l’ensemble.

Contact : eud@u-bourgogne.fr

ISIDORE – Nouvelle plateforme numérique en SHS

Présentée en version beta lors de la dernière université du TGE AdonisISIDORE, la nouvelle plateforme de recherche et de diffusion pour les SHS est lancée officiellement depuis le 4 avril 2011.

Pour en savoir plus : <cliquez ici>

13 avril 2011 – « Grèves et conflictualités »

Cette rencontre, organisée dans le cadre des activités de l’axe « Acteurs, normes, pratiques, décision », fait suite à un congrès qui s’est tenue à Lisbonne en mars 2011 sur le thème « Grèves et conflits sociaux au XXème siècle ». Deux interventions sont programmées :

  • Baptiste Giraud (UMR CESAER – AgroSup Dijon) – « Les dynamiques contemporaines des usages  confédéraux de la grève en France. Les apports d’un usage  ethnographique des outils de la sociologie des mobilisations ».
  • Serge Wolikow (UMR Chevrier – Université de Bourgogne) – « Conflits du monde du travail et champ politique au XXe siècle. Le cas français quelle exception ? »

Lieu : salle 107 – Pôle d’économie et de gestion – Université de Bourgogne
Horaires : 13h30 – 15h30.

Contact : jean-marc.bourgeon@u-bourgogne.fr

Soutien aux programmes de recherche interdisciplinaires, inter-MSH

Depuis sa création le 16 février 2006, le Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) Réseau national des MSH a démontré qu’il avait toute son utilité pour coordonner, mettre en œuvre et valoriser les missions du réseau. Toutefois, celui-ci doit maintenant trouver de nouveaux « leviers » pour mener à bien son action. Ces leviers résident dans la solidarité de ses membres, c’est-à-dire des MSH, et dans l’action de celles-ci, menées dans l’esprit de la charte des MSH. C’est cette action qu’il s’agit de défendre et de promouvoir, avec les universités de tutelle et avec le CNRS, en vue d’une meilleure prise en compte des SHS dans la politique de recherche française. Une manière d’encourager cette action est de soutenir des projets interdisciplinaires et inter-MSH (opérations de recherche et montages de réseaux thématiques).

Objectif de l’appel à projets

Fondé sur ses cinq « I » (Identité scientifique des MSH, Interdisciplinarité des programmes de recherche, Internationalisation, Relations Interinstitutionnelles, Inscription territoriale), le Réseau National des MSH a décidé de lancer, en 2011, un appel à projets avec pour objectif de renforcer la structuration, l’animation et la visibilité des recherches en SHS sur le territoire et à l’international. En effet, les activités structurantes menées par les Maisons des sciences de l’homme sont propres à renforcer la dynamique interdisciplinaire et d’ouverture internationale aujourd’hui déjà à l’œuvre au sein du Réseau grâce à des collaborations inter-MSH. Ces activités bénéficient des synergies existantes pour développer des partenariats internationaux et accroître la participation des sciences humaines et sociales françaises à l’espace européen de la recherche. Dans le contexte actuel, le rôle du réseau des MSH, dont le maillage national est désormais achevé, doit s’affirmer au service de cette structuration de la recherche en SHS, tout en développant, au plan interinstitutionnel, la coopération entre les universités et les établissements scientifiques. Il s’agit plus précisément de mutualiser des moyens, des outils mais aussi des efforts de recherche dans différents domaines, où la compétence des équipes et des laboratoires des différentes MSH s’est affirmée.

Sur ce premier appel à projets 2011, aucune thématique prioritaire n’est dégagée. Ces projets pourront être novateurs au sein du Réseau ou être proposés dans le cadre des axes thématiques existants de facto depuis 2007. Deux types de projets seront éligibles : (1) opérations de recherche ayant vocation à devenir un projet ANR ou européen (7e PCRDT), (2) réseau thématique ayant vocation à se développer à l’international (par exemple, projet COST). Ces projets doivent être considérés comme une première étape dans l’élaboration d’un dossier qui sera ensuite soumis à d’autres instances. En participant à un projet financé par le GIS Réseau National des MSH, la MSH coordinatrice s’engage à déposer un programme type ANR, FP7 ou actions COST dans les deux ans qui suivent le début du projet. Le Réseau National des MSH se réserve le droit de ne pas soutenir de futurs projets portés par la même MSH en cas de non-respect de cette clause.

=> Accéder au dossier de candidature

Date limite de dépôt du dossier : 4 mai 2011, 13h00.
La procédure de dépôt sera accessible à compter du 15 avril 2011

Contact : David Imbert, Secrétaire Général MSH Ange-Guépin
Coordination des appels à projets du GIS Réseau national des MSH
Mél : david.imbert@univ-nantes.fr
Téléphone : 02 40 48 39 46

Axe 4 – Réunion du 10 février 2011

Réunion constitutive
de l’axe « Territoires et environnement »

L’objectif de la réunion est pragmatique : il s’agit d’abord d’identifier les collègues, de recenser les projets, sujets de recherche et résultats acquis dans les labos et qui sont en mesure de constituer un corpus de base pour bâtir l’axe. Ensuite, le but est de préciser le type d’actions à partir desquelles il est possible d’envisager un programme prévisionnel pour l’année 2011, en guise d’amorce pour une campagne 2012 plus ambitieuse.  Ces actions devront, dans la mesure du possible, s’inscrire dans les thématiques interdisciplinaires[1] de l’axe identifiées lors de l’élaboration du dernier contrat d’établissement, à savoir :

  • la construction politique des territoires ;
  • l’anthropisation de l’environnement ;
  • le territoire dans le développement durable.

Une présentation de chaque participant dans sa relation à la thématique de l’axe a permis de prendre la mesure de l’éventail de recherches potentiellement concernées – de la gestion des ressources en eau à l’anthropisation des milieux sur le temps long, en passant par la mobilité ou la qualification des hommes. La première question posée est ainsi celle du champ couvert par l’axe et, corollairement, celle de la place qui y est faite pour les thématiques territoriales non directement liées à l’environnement (santé, éducation, mobilité, transport, périurbanisation, etc.). Pour élargir cette réflexion à l’ensemble des travaux potentiellement concernés, il est envisagé de demander aux directeurs(trices) d’unité de nous faire part des travaux de leur unité de recherche qui leur paraissent significatifs à cet égard – par retour de courrier à la suite de l’envoi du présent compte –rendu.

Une deuxième question, relative aux liens existants ou à créer avec les sciences de la nature, est apparue centrale pour une telle thématique. Si le risque de relations asymétriques reste latent, une manière d’avancer sur ce sujet consiste à prendre contact avec la MSHE de Besançon afin de partager nos approches de la pluridisciplinarité entre SHS et sciences de la nature.

Plus largement, en plaçant le projet sous l’angle de la pluridisciplinarité, les efforts à mener consistent non seulement à rapprocher les travaux des labos et à jeter des ponts entre opérations existantes, mais aussi à créer des dossiers de recherche communs, d’emblée sous sceau MSH. A titre d’exemple, une réponse en cours à un appel d’offre ADEME (étude de faisabilité de plateforme relative à la transition socio-écologique) peut fournir une perspective commune.

Le plan de travail 2011 est envisagé en termes d’animation scientifique. Le groupe avance l’idée d’un séminaire d’axe qui n’alourdirait pas les programmes des équipes. Pour cela, il s’agirait de poser un label MSH sur une partie des séminaires prévus dans les labos à partir d’octobre, en lien avec la thématique de l’axe. En préparation, une demi-journée de travail programmée au printemps devrait permettre  de définir le périmètre des travaux qui concernent l’axe et d’en arrêter le thème de façon plus précise. La présentation de travaux emblématiques des questions et des résultats des équipes servirait d’introduction à cette réflexion. Pour amorcer le montage d’une telle séance de travail, deux pistes sont avancées : d’une part, ce qu’apportent les Sciences Humaines et Sociales à la notion de « durabilité », aussi classique qu’incontournable et, d’autre part, la construction des territoires, un objet directement issu des méthodes des SHS.

Il est enfin noté qu’une dimension institutionnelle et politique sera attachée au fonctionnement de l’axe, notamment en lien avec ce qui concerne les appels d’offres (BQR, PARI, etc.) et plus largement avec l’orientation des axes thématiques de la MSH.


[1] Pour en savoir plus sur l’axe « Territoires et environnement » de la MSH de Dijon : http://msh-dijon.u-bourgogne.fr/la-msh-de-dijon/axes-thematiques/73-axe-territoires-et-environnement.html