Axe 4 – Réunion du 10 février 2011

Réunion constitutive
de l’axe « Territoires et environnement »

L’objectif de la réunion est pragmatique : il s’agit d’abord d’identifier les collègues, de recenser les projets, sujets de recherche et résultats acquis dans les labos et qui sont en mesure de constituer un corpus de base pour bâtir l’axe. Ensuite, le but est de préciser le type d’actions à partir desquelles il est possible d’envisager un programme prévisionnel pour l’année 2011, en guise d’amorce pour une campagne 2012 plus ambitieuse.  Ces actions devront, dans la mesure du possible, s’inscrire dans les thématiques interdisciplinaires[1] de l’axe identifiées lors de l’élaboration du dernier contrat d’établissement, à savoir :

  • la construction politique des territoires ;
  • l’anthropisation de l’environnement ;
  • le territoire dans le développement durable.

Une présentation de chaque participant dans sa relation à la thématique de l’axe a permis de prendre la mesure de l’éventail de recherches potentiellement concernées – de la gestion des ressources en eau à l’anthropisation des milieux sur le temps long, en passant par la mobilité ou la qualification des hommes. La première question posée est ainsi celle du champ couvert par l’axe et, corollairement, celle de la place qui y est faite pour les thématiques territoriales non directement liées à l’environnement (santé, éducation, mobilité, transport, périurbanisation, etc.). Pour élargir cette réflexion à l’ensemble des travaux potentiellement concernés, il est envisagé de demander aux directeurs(trices) d’unité de nous faire part des travaux de leur unité de recherche qui leur paraissent significatifs à cet égard – par retour de courrier à la suite de l’envoi du présent compte –rendu.

Une deuxième question, relative aux liens existants ou à créer avec les sciences de la nature, est apparue centrale pour une telle thématique. Si le risque de relations asymétriques reste latent, une manière d’avancer sur ce sujet consiste à prendre contact avec la MSHE de Besançon afin de partager nos approches de la pluridisciplinarité entre SHS et sciences de la nature.

Plus largement, en plaçant le projet sous l’angle de la pluridisciplinarité, les efforts à mener consistent non seulement à rapprocher les travaux des labos et à jeter des ponts entre opérations existantes, mais aussi à créer des dossiers de recherche communs, d’emblée sous sceau MSH. A titre d’exemple, une réponse en cours à un appel d’offre ADEME (étude de faisabilité de plateforme relative à la transition socio-écologique) peut fournir une perspective commune.

Le plan de travail 2011 est envisagé en termes d’animation scientifique. Le groupe avance l’idée d’un séminaire d’axe qui n’alourdirait pas les programmes des équipes. Pour cela, il s’agirait de poser un label MSH sur une partie des séminaires prévus dans les labos à partir d’octobre, en lien avec la thématique de l’axe. En préparation, une demi-journée de travail programmée au printemps devrait permettre  de définir le périmètre des travaux qui concernent l’axe et d’en arrêter le thème de façon plus précise. La présentation de travaux emblématiques des questions et des résultats des équipes servirait d’introduction à cette réflexion. Pour amorcer le montage d’une telle séance de travail, deux pistes sont avancées : d’une part, ce qu’apportent les Sciences Humaines et Sociales à la notion de « durabilité », aussi classique qu’incontournable et, d’autre part, la construction des territoires, un objet directement issu des méthodes des SHS.

Il est enfin noté qu’une dimension institutionnelle et politique sera attachée au fonctionnement de l’axe, notamment en lien avec ce qui concerne les appels d’offres (BQR, PARI, etc.) et plus largement avec l’orientation des axes thématiques de la MSH.


[1] Pour en savoir plus sur l’axe « Territoires et environnement » de la MSH de Dijon : http://msh-dijon.u-bourgogne.fr/la-msh-de-dijon/axes-thematiques/73-axe-territoires-et-environnement.html

Axe 2 – Réunion du 8 décembre 2010

Réunion constitutive
de l’axe « Acteurs, normes, pratiques, décision »

Après un débat sur ce que  la recherche pluridisciplinaire liée à cet axe pourrait être, nous sommes arrivés aux propositions suivantes (évidemment négociables).

La conflictualité serait le fil conducteur des réflexions qui se déclineraient autour des mots clés de l’axe. Ainsi, chaque participant serait amené à partir de sa discipline, à interroger sa recherche du point des vues des normes, des acteurs, des pratiques et des décisions  en identifiant les aspects qui relèvent de la conflictualité.

Pour commencer à aider à la structuration de ce travail, 5 Grands Séminaires seraient organisés (1 par mot clé, et 1 de synthèse) au cours de l’année civile 2011.

Chaque Grand Séminaire pourrait donner lieu :

  • soit  à  une intervention débattue par un discutant (proposition de début de séance).
  • soit  à plusieurs interventions (relevant si possible de disciplines différentes) avec éventuellement un invité ne participant pas aux travaux réguliers du groupe, les « discutant » étant les conférenciers eux-mêmes (proposition de fin de séance).

(Les arguments pour le deuxième point étant que nous pourrions être assurés d’avoir au moins la présence des conférenciers). Ces Grands séminaires seraient enregistrés ainsi que les débats et seraient mis à la disposition de tous. Les Grands Séminaires seraient  précédés et  suivis de Petits Séminaires visant la préparation et la valorisation des recherches.

Préparation : Il serait possible de travailler, toujours en lien avec les recherches de chacun et dans sa discipline propre, le sens que peuvent prendre les notions associées (norme et conflictualité, pratique et conflictualité, etc…).

Pour aider à la constitution de ce sens, nous pourrions

  1. construire un glossaire qui s’enrichirait au fil des recherches
  2. construire, à l’aide de la MSH, une  bibliographie adaptée
  3. proposer des revues de questions synthétiques   (en associant de grands étudiants) qui  pourraient être publiée dans une revue en ligne, dédiée à notre axe par la MSH
  4. élaborer des corpus

Valorisation : Les Grands séminaires devraient déboucher à terme soit sur des colloques de plus grande envergure, soit sur des productions écrites. Là encore la MSH pourrait aider à la recherche des supports de publication les plus adaptés.